Canal B - Radio curieuse
Ecoutez Canal B
Evènement

Ecoutez les émissions Trans/ Bars en Trans du 5 au 7 décembre!

L'heure curieuse
L'heure curieuse

Chaque vendredi, un magazine en alternance :
Kikeriki : environnement et écologie (1er vendredi du mois)
Retour aux sources : décryptage des médias (2ème vendredi du mois)
- Chercheurs en ville : sciences humaines et questions urbaines en partenariat avec la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (3ème vendredi du mois)
Les héroïnes : féminisme et égalité des sexes (4ème vendredi du mois)

 


RSS :
Horaires :
Vendredi : 13h00-14h00 (Direct)
CHERCHEURS EN VILLE #49 Directeurs de conscience
17-01-2020
ECOUTEZ : | DOWNLOAD

#49 Chercheurs en ville : Directeurs de conscience

 

Vendredi 17 janvier, notre invitée était Caroline Muller, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Rennes 2, autrice d’un carnet de recherches en ligne qui s’appelle Acquis de conscience, et de l'ouvrage Au plus près des âmes et des corps.

 

Mardi 17 décembre, le pape François a pris la décision d’abolir le secret pontifical dans les cas de violences et d’abus sexuels commis ou tus par des clercs ou des religieux sur des mineurs ou personnes vulnérables. Le secret est une pratique chère à l’Eglise catholique. Tiens, prenez la direction de conscience, en voilà un bien curieux dispositif. Cet accompagnement religieux et moral mené par un ecclésiastique vise à faire des catholiques de meilleurs croyants. Mais si, rappelez vous Tartuffe, le personnage accouché par Molière, et qui, sous des airs de directeur de conscience, dupe Orgon et sa mère madame Pernelle.

Apparue au 17è siècle sous le nom de direction spirituelle, cette pratique disparaît avant de faire son retour au début du 19è siècle pour s’affirmer, jusqu’en 1950, comme une véritable pratique de classe, en l’occurence des élites, surtout féminines.

Notre invitée du jour a ouvert la boîte noire du catholicisme, soit un millier de lettres, une douzaine de correspondances entre des personnes dirigées et leurs directeurs de conscience, sur une période qui s’étend de 1840 à la veille de la première guerre mondiale. Pour cela, elle s’est tournée vers les archives de communautés religieuses comme celle des Jésuites, essentiellement installées en région parisienne. Une chose est sûre, jamais vous n’avez pu approcher d’aussi près ce qui trottait dans la tête des femmes dirigées de l’époque.

En quoi la direction de conscience diffère-t-elle de la confession pratiquée entre les murs de l’église ? Quelles questions intimes et sociales se glissent entre les lignes de ces échanges épistolaires ? Quel intérêt y trouvent les femmes dirigées au delà du contrôle supplémentaire sur leurs vies que représente la direction de conscience ? Certains hommes sont aussi dirigés, est-ce-que ça fonctionne alors de la même façon ? Enfin, quelle relation se noue entre le ou la dirigé.e et son directeur ?

 

Une émission réalisée par Lucie Louâpre, animée par Colette David & Christian Le Bart, en partenariat avec la Maison des sciences de l'Homme en Bretagne (janvier 2020).


Les Héroïnes #33
27-12-2019
ECOUTEZ : | DOWNLOAD

Emission bilan, émission rétrospective 2019 : que s'est-il passé du côté de l'égalité des sexes, du féminisme, des droits des femmes en 2019 ?

Espoirs, désespoirs, évolutions, avancées, régressions, les Héroïnes font le point.

Avec Lucie Louâpre, Darya Margolina et Morgane Soularue de Canal B et Solveig Touzé de la Libraire La Nuit des Temps.

 

[/mp3]http://canalb.org/podcast/lheurecurieuse/lheurecurieuse_2019.12.27.mp3/[/mp3]


CHERCHEURS EN VILLE #48 Situation de crise au Chili
20-12-2019
ECOUTEZ : | DOWNLOAD

#48 Chercheurs en ville : Situation de crise au Chili

 

Vendredi 20 décembre, notre invitée était Jimena Obregon Iturra, professeure en études hispano-américaines à l’Université Rennes 2 et responsable de l'Institut des Amériques de Rennes. Ses recherches portent sur les conflits politiques et culturels, idéologiques et symboliques en Amérique hispanique du XVIè siècle à aujourd’hui. A ses côtés, Daniela Duran Cid, doctorante à l’Université Rennes 2 et lectrice à l’Institut d’études politiques de Rennes.

 

Fin octobre 2019, premier rassemblement de la communauté chilienne dans la capitale bretonne. Des actions menées en signe de soutien à leurs compatriotes mobilisés dans un important mouvement social depuis le début du mois d’octobre dans la capitale Santiago et ailleurs dans le pays. Si c’est la hausse du prix du ticket de métro qui a déclenché une véritable colère populaire, les sources du soulèvement sont plus nombreuses et liées au modèle économique du pays : coût de l’énergie élevé, accès inégal à l’éducation, niveaux de retraites bas, etc.

Ultra-libéral, le modèle économique chilien a été élaboré durant la dictature d’Augusto Pinochet – 1974/1990 – par ce dernier, et inspiré des Chicago boys, un groupe d'économistes chiliens formés à l'Université de... Chicago. Privatisation des entreprises publiques, système de retraite par capitalisation auprès de fonds de pension privés, austérité budgétaire dans les domaines de la santé, de l’éducation font partie des mesures alors mises en place, dans un pays depuis surnommé le jaguar de l’Amérique du Sud pour sa stabilité économique. Le modèle en question est aujourd’hui porté par le président de la République Sébastian Pinera.

Figurez-vous que ce “modelo” est même inscrit dans la constitution chilienne. C’est pour cela que les manifestants réclament l’écriture d’une nouvelle constitution. Ils ont été jusqu’à un million dans les rues depuis octobre. Et face à eux, une répression violente, inédite. L’organisation des nations unies était sur place durant presque un mois : 26 civils tués, 28 000 personnes arrêtées, 113 cas de tortures, 24 cas de violences sexuelles et de viols. C’est le bilan actuel, terrible, pourtant réfuté par les autorités chiliennes.

Qu’est-ce-qui pousse les citoyens chiliens dans les rues ? Quelles sont les particularités du mouvement social en cours ? Comment décrire ce modèle économique chilien, hérité d’une dictature meurtière, celle d’Augusto Pinochet, décédé en 2006 sans même avoir été jugé ?

 

Une émission réalisée par Lucie Louâpre, animée par Colette David & Christian Le Bart, en partenariat avec la Maison des sciences de l'Homme en Bretagne (décembre 2019).


Les Héroïnes #32 Violences faites aux femmes
22-11-2019
ECOUTEZ : | DOWNLOAD

Les Héroïnes 1 heure avec des meufs parlent des violences faites aux femmes. Violences psychologiques, violences physiques, viol, féminicides..

 

 

[/mp3]http://canalb.org/podcast/lheurecurieuse/lheurecurieuse_2019.11.22.mp3[/mp3]


CHERCHEURS EN VILLE #47 La ségrégation résidentielle en ville
15-11-2019
ECOUTEZ : | DOWNLOAD

#47 Chercheurs en ville : La ségrégation résidentielle en ville

 

Vendredi 15 novembre, notre invité était Fabien Moizeau, professeur d’économie à l’Université Rennes 1 et chercheur au sein du Centre de recherche en économie et management.

 

Lundi 14 octobre, Esther Duflo, économiste franco-américaine, ainsi que deux autres économistes se sont vus remettre le prestigieux prix Nobel d’économie pour des travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde. Esther Duflo fait aujourd’hui partie, avec le médiatique Thomas Piketty, des chercheurs qui permettent de renouveler le débat sur les inégalités économiques et sociales.

Des inégalités qui prennent notamment vie dans nos maisons, dans les villes, une échelle où s’exerce des phénomènes de ségégration sociale, c’est à dire de division géographique de la population selon sa position sociale (on précise que le genre, l’âge ou l’origine sont d’autres facteurs qui peuvent jouer). Pour faire simple, nous ne sommes pas complètement libres de choisir nos lieux d’habitat. Ces choix résultent d’une véritable construction… sociale !

La ségrégation résidentielle en France n’est pas nouvelle mais tend à s’accentuer depuis la fin des Trente glorieuses, après une période historique durant laquelle les groupes sociaux s’étaient rapprochés. D’après Jean-Michel Floch, économiste, dans un dossier publié en 2018 pour une revue de l’INSEE, Institut national de la statistique et des études économiques, aujourd’hui , les grandes villes-centres sont plutôt mixtes, mais les banlieues fortement marquées par la ségragation d’un quartier à l’autre.

Quels mécanismes se cachent derrière les phénomènes de ségrégation résidentielle ? Qui du marché immobilier, du charme du quartier ou de la distance au lieu de travail impacte le plus le choix résidentiel ? Quelle est la responsabilité du politique face à ces constats ? Et qu’est-ce-qu’une politique publique efficace en la matière ? D’ailleurs a-t-on vraiment besoin de mixité sociale ? Pourquoi sommes nous tant frileux à cette idée ?

 

Une émission réalisée par Lucie Louâpre, animée par Colette David & Christian Le Bart, en partenariat avec la Maison des sciences de l'Homme en Bretagne (novembre 2019).


comments powered by Disqus
CANAL B
Maison des Associations
6 cours des Alliés
35000 Rennes

Studio : 02 99 52 77 66 / Bureaux : 09 65 15 32 82